Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog Gaming de Starsystemf

Le blog Gaming de Starsystemf

Le plaisir de jouer avant tout!

COMPTE RENDU de la conférence de Michael STORA "Faut-il avoir peur des jeux vidéo?"

Je traite habituellement de jeux vidéo avec des tests de jeux ou quelques fois, je vous commente l'actualité mais là j'avais envie de vous parler d'une conférence à laquelle j'ai assisté et que j'ai beaucoup apprécié.

Le thème était "Faut-il avoir peur des jeux vidéo?" et la personne qui a participé à cette conférence est Monsieur Michael Stora, Psychologue/Psychanalyste membre de l'OMNHS (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines).

Comme il le disait si bien, il n'était pas là pour répondre OUI ou NON à la question mais voulait montrer la vision du jeu vidéo qu'on pouvait en avoir actuellement.

Tout d'abord, il a évoqué l'émergence du public féminin dans le monde du jeu vidéo. Les femmes sont beaucoup plus présentes qu'avant dans ce monde très machos à la base et joue principalement à des "jeux utiles" (programmes d'entrainement cérébral, WII FIT...) ou à des "casual games" (Candy Crush, Ruzzle...). Avant les femmes voyaient les JV comme une perte de temps mais arrivent à trouver des jeux qui leur conviennent sans que ça prenne trop de temps.

Les mentalités changent mais on peut retrouver une incompréhension entre des parents qui n'ont pas connu les jeux vidéo dans leur enfance et des enfants qui ont connu ça tout jeune: c'est un "fossé générationnel".

M. Stora a donné un exemple qui m'a bien fait comprendre ce "fossé": une mère a abordé ce psychologue et lui demandait si c'était normal que sa fille shoote des zombies. La mère a un rapport différent à l'image de sa fille. La maman ne voyait l'image de la TV que de manière sacrée où on regarde des informations qui apportent pas mal de chose d'informations dans sa vie alors que sa fille s'approprie ces images en jouant et manipulent donc ces images.

Ce qui peut choquer la maman par rapport au fait de "shooter" n'a rien de choquant en soit vu que la fille avait conscience que c'était un JV et tant mieux! Et cette violence on peut la retrouver dans notre enfance avec la construction puis immédiatement après la destruction d'un décor en LEGO ou tout simplement les combats imaginaires entre cow boys et indiens, Flics/Voyous, Gendarmes/Voleurs. C'est qu'appelle Winnicott dans son livre "Jeu et Réalité" la mise en scène des pulsions agressives.

Cette mise en scène on peut la retrouver dans pas mal de jeux! Un exemple concret avec Counter Strike avec un affrontement entre les terroristes et antiterroristes.

Michael Stora a abordé une apparté sur les "Rewards" (succès ou trophés gagnés dans les jeux vidéo. Il a effectivement indiqué que ces Rewards pouvaient être bénéfiques pour un joueur, ça le valorise car il a réalisé un exploit un fait pour y arriver. Les jeux vidéo permet aussi d'apprendre à perséverer car pour MS "C'est en perdant que l'on apprend à gagner". Je trouve excellente et c'est vrai que c'est à force de perdre et d'analyser ses échecs dans un JV qu'on apprend à battre par exemple un boss de fin de niveau qui nous casse les pieds... ^^

Autre thème abordé: l'addiction, la dépendance! C'est quelque chose qui fait peur mais il faut faire attention déjà aux termes employés... Il ne faut pas confondre addictif (qui accroche, qui donne envie de continuer) et addictogène (dont on a du mal à décrocher, à s'en séparer).

Le princpal problème de l'addiction sont les mondes persistants (World Of Warcraft par exemple). Le monde dans lequel vous jouez ne s'arrête jamais vu que c'est un jeu de rôle en ligne qui tourne donc en permanence ce qui peut faire un sentiment d'une deuxième vie dans ce jeu. Ce qui fait par exemple que cela nous pousse à jouer souvent c'est ce qu'on appelle la "boulimie digitale". C'est le fait de vouloir toujours améliorer le personnage dans le jeu, une meilleure arme, un meilleur bouclier tout ça en réalisant des tâches très dures dans le jeu après avoir passé des heures à obtenir ces items gratifiants.

Lors de sa conclusion, Michael Stora a dit: "Jouer est un manière d'être à nouveau acteur de sa vie". Je trouve la formule belle et tellement vraie car grâce au JV on peut agir et être vu différemment grâce à ce que l'on accomplit dans le jeu grâce à nos exploits virtuels que l'on n'aurait pas pu faire dans la vraie vie (In Real Life pour les puristes)...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article